Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Daniel Raffard de Brienne - Page 3

  • Message du Pape François pour l'ostension du Saint Suaire

    Le Pape François a enregistré un message vidéo qui sera diffusé lors de l'ostension du Saint-Suaire. Le voici :S

    "Chers frères et sœurs,

    Je me place, moi aussi avec vous devant le Saint Suaire, et je remercie le Seigneur qui nous offre cette possibilité avec les moyens d’aujourd’hui.

    Même si cela se fait sous cette forme, il ne s’agit pas d’une simple observation, mais d’une vénération, c’est un regard de prière. Je dirais davantage : c’est un se laisser regarder. Ce Visage a les yeux clos, c’est le visage d’un défunt, et pourtant mystérieusement il nous regarde, et dans le silence il nous parle. Comment est-ce possible ? Comment se fait-il que le peuple fidèle, comme vous, veuille s’arrêter devant cette Icône d’un Homme flagellé et crucifié ? Parce que l’Homme du Suaire nous invite à contempler Jésus de Nazareth. Cette image – imprimée dans la toile – parle à notre cœur et nous pousse à gravir le Mont du Calvaire, à regarder le bois de la croix, à nous immerger dans le silence éloquent de l’amour.

    Laissons-nous donc rejoindre par ce regard, qui ne cherche pas nos yeux mais notre cœur. Écoutons ce qu’il veut nous dire, dans le silence, en passant au-delà de la mort-même. À travers le Saint Suaire nous parvient la Parole unique et ultime de Dieu : l’Amour fait homme, incarné dans notre histoire ; l’Amour miséricordieux de Dieu qui a pris sur lui tout le mal du monde pour nous libérer de sa domination. Ce Visage défiguré ressemble à tant de visages d’hommes et de femmes blessés par une vie qui ne respecte pas leur dignité, par des guerres et des violences qui frappent les plus faibles… Pourtant le Visage du Suaire communique une grande paix ; ce Corps torturé exprime une souveraine majesté. C’est comme s’il laissait transparaître une énergie contenue mais puissante, c’est comme s’il nous disait : aies confiance, ne perd pas l’espérance ; la force de l’amour de Dieu, la force du Ressuscité vainc tout.

    Pour cela, contemplant l’Homme du Suaire, je fais mienne, en ce moment, la prière que saint François d’Assise prononça devant le Crucifié :

    Dieu Très-Haut et glorieux,
    viens éclairer les ténèbres de mon cœur ;
    donne-moi une foi droite, une espérance solide et une parfaite charité ;
    donne-moi de sentir et de connaître, Seigneur, afin que je puisse l’accomplir, ta volonté sainte qui ne saurait m’égarer. Amen.

    Source : Le Salon beige

  • Le dimanche 13 janvier, grande manifestation nationale contre la dénaturation du mariage

    Renaissance Catholique appelle à manifester avec l’Institut Civitas le 13 janvier, à 13 h, place Pinel, Paris 13.

    logorenaissancecath.gifLa crise économique et financière actuelle n’est rien au regard de la crise de civilisation, en cours, qu’aggraverait la dénaturation du mariage voulue par une poignée d’idéologues sectaires. Tout doit être mis en œuvre pour empêcher la réalisation de cette nouvelle étape de la « culture de mort ».

    Le devoir de résistance

    Contre ce « totalitarisme larvé  » (EvangeliumVitæ, n.101) se lève une immense clameur qui, au-delà des appartenances politiques ou religieuses, rassemble tous ceux qui se reconnaissent dans le simple respect de la loi naturelle et du bon sens. Les propos du grand rabbin de France, Gilles Bernheim, ont ainsi frappé par leur pertinence et leur netteté. Divine surprise, les évêques de France, absents de l’opposition à la loi sur la dépénalisation de l’avortement en 1975, puis ayant très mollement soutenu le combat pour l’école libre en 1984, se sont, courageusement, lancés dans la bataille. C’est d’ailleurs le maillage des diocèses, des paroisses et des AFC qui assure la logistique des manifestations publiques et fournit les gros bataillons des organisateurs et des manifestants.

    Le gouvernement ne s’y est pas trompé qui multiplie les agressions contre l’Église catholique et ses représentants qualifiés : audition du cardinal Vingt-Trois à l’Assemblée nationale transformée en séance du tribunal révolutionnaire avec Erwan Binet en Fouquier-Tinville de sous-préfecture, volonté de Cécile Duflot de réquisitionner les locaux prétendument vacants de l’archevêché de Paris, attaques verbales et écrites de Vincent Peillon contre l’Enseignement catholique…

    Des difficultés

    affiche13janverticale.jpgMalheureusement, le message clair et unique de la manifestation du 13 janvier, qui devrait être la demande de retrait du projet de loi dénaturant le mariage, est brouillé par des appels à dénoncer l’homophobie, la persistance à développer le concept d’homo-éducation, l’ostracisme contre les « intégristes » et les « fachos  »… Cela crée un climat désagréable dont ont souffert de nombreux manifestants les 17 novembre et 8 décembre derniers. Les organisateurs de la manifestation du 13 janvier sont certainement animés des meilleures intentions. Peut-être ont-ils lu le père Calmel (o.p.) écrivant : « Celui qui veut dans la société civile, non seulement la justice, mais toute la justice et tout de suite, celui-là n’a pas le sens politique. » Nous craignons cependant que cette volonté de s’abstraire absolument de toute référence politique ou religieuse ne consolide une nouvelle avancée de la « culture de mort », les yeux rivés sur une chimère : obtenir la neutralité voire la bienveillance des puissances médiatiques.

    Avec les responsables de plusieurs associations, nous avons demandé qu’une démarche plus identitaire sous la dénomination « Catholiques pour la famille » puisse être intégrée à la manifestation. Cela ne paraissait pas une revendication incongrue ni démesurée, surtout quand les porte-parole officiels de La Manif Pour Tous peuvent être présents ès qualité de socialiste, musulman ou homosexuel.

    Cette demande a été rejetée. Nous ne sommes, bien sûr, ni « intégristes » ni « fachos  ». Avec l’Église et suivant l’enseignement du Catéchisme de l’Église catholique (§ 2357 et 2358), nous ne confondons pas « les actes d’homosexualité intrinsèquement désordonnés » et les personnes homosexuelles qui doivent être accueillies avec « respect, compassion et délicatesse ». Nous prenons acte de ce que ce discours est insupportable pour les organisateurs de La Manif Pour Tous, partisans effrénés de la lutte, piégée, contre l’homophobie.

    Tous présents

    Renaissance Catholique appelle donc tous ses adhérents et sympathisants à s’associer à la manifestation initiée par l’Institut Civitas le dimanche 13 janvier, à 13 heures, à partir de la place Pinel, Paris 13 (M° Nationale).

    Ainsi les participants ne seront-ils astreints ni au dress code ni aux chars de la techno-parade et n’auront-ils pas à applaudir des kiss-in homosexuels. Ainsi, aussi, la principale porte-parole de La Manif Pour Tous pourra-t-elle expliquer sans peine qu’elle n’a rien à voir avec ces manifestants, effectivement exclus de la « Manif pas tout-à-fait pour tous », et son plan médiatique en sortira-t-il renforcé. Seule victime identifiée : l’unité de l’opposition et en particulier l’unité catholique. Ce sera pour la prochaine bataille…

  • Joyeux Noël

    noel1.jpg

  • Archives sonores des émissions de Serge de Beketch

    Serge_de_Beketch_archives.JPG

    Un site dédié au souvenir de Serge de Beketch et de ses émissions mémorables nous permet aujourd'hui de réécouter 372 de ses émissions, 50 journaux, soit au total 381 heures d'écoute au cours desquels nous retrouvons des dizaines d'invités.

    L'écoute de nombre de ces échanges passés permet de mesurer à quel point certains ont eu raison avant tout le monde et combien les prétendues élites nous ont durablement trompé. Voici offertes près de 400 heures d'écoute qui peuvent avantageusement remplacer telle ou telle émission télévisée débile ou d'insipides journaux télévisés.

    Serge de Beketch

  • Communiqué de l'Institut Civitas

    Depuis dimanche soir (25 novembre), les dépêches tombent les unes après les autres se recopiant les unes les autres : « dérapages » en marge de la manifestation de CIVITAS alors que près de 20.000 personnes de tous horizons ont manifesté dans le calme, la sérénité et la bonne humeur.

    « Dérapages verbaux », au motif que les arguments ou les slogans entendus ne conviendraient pas à certains journalistes et politiques, sourcilleux gardiens de la liberté d’expression à sens unique. Cette première désinformation est inquiétante pour les vrais défenseurs de la liberté : il s’agit en réalité d’une tentative d’intimidation visant à n’approuver la liberté d’expression que lorsqu’elle est conforme aux diktats des faiseurs d’opinion et du gouvernement socialiste. A cet égard, il est inquiétant que, dans une démocratie digne de ce nom, un ministre en exercice, en l’espèce Madame Najat VALLAUD-BELKACEM, distribue par voie de communiqués successifs, les brevets de conformité à ce qui doit être dit par les opposants à son projet funeste, que ce soient ceux des manifestations de samedi ou de dimanche.

    De nombreux politiciens osent même réclamer une dissolution de CIVITAS pour on ne sait quels motifs : il est certain qu’il est plus simple d’empêcher un opposant de parler, ce qui en dit long sur l’état d’esprit de ceux qui n’admettent la liberté d’expression que définie par eux. Il s’agit de pures agitations politiciennes.

    « Dérapages physiques » : la quasi-unanimité journalistique, à de rares exceptions, a titré sur les dérapages physiques et la violence dont auraient fait preuve des « intégristes » « en marge de la manifestation de CIVITAS ». Les médias ont également repris sans discernement les propos de la militante homosexuelle Caroline FOUREST qui tweetait depuis le fourgon dans lequel elle semble avoir été interpellée. A l’entendre, les jeunes filles victimes de la « violence intégriste » étaient juste venues contremanifester gentiment déguisées en nonnes.

    La réalité est radicalement différente :

    - Les jeunes filles en questions appartiennent au groupe les FEMEN d’origine ukrainienne, groupe interdit en Ukraine, financé par un milliardaire allemand ; elles sont venues contre-manifester illégalement puisque sans déclaration préalable, avec virulence, en portant un voile de religieuse sur la tête, les seins nus, certaines en porte-jarretelles, avec des expressions injurieuses écrites sur la poitrine (« fuck God », « fuck church », « Saint-esprit étroit », « Marie marions-nous », « occupe-toi de ton cul »), pour attaquer les manifestants de CIVITAS -dont des enfants qui ont été extrêmement choqués- en les aspergeant de gazs fumigènes contenus dans des aérosols mentionnant en Anglais « Saint sperme » et « sperme de Jésus » ! Une photo en témoigne : un enfant dans sa poussette a été directement visé par un jet de gaz de l’une des FEMEN !

    - Contrairement à ce que prétendent certains médias et politiques, aucun membre de l’organisation de CIVITAS ne s’est rendu coupable de la moindre violence envers ces FEMEN. Les policiers ont informé les responsables de CIVITAS que seuls avaient été interpellés quatre individus sans rapport avec CIVITAS et que rien ne pouvait être reproché à CIVITAS. A l’inverse, le service d’ordre de CIVITAS a été exemplaire puisqu’il a pu bloquer les FEMEN sans user de violence pour les empêcher d’avancer plus avant dans la manifestation et continuer à agresser les participants et à s’exhiber notamment devant des enfants. Les FEMEN font malheureusement peu de cas de l’innocence des nombreux enfants qui ont été violentés et qui ont été très choqués par leur attaque, leurs tenues et leurs slogans.

    Aucune violence ni provocation n’est acceptable et c’est pourquoi CIVITAS annonce que son avocat est en train de porter plainte auprès du procureur de la république contre les membres parfaitement identifiables des FEMEN, qui se sont rendus coupables d’exhibitions sexuelles notamment à la vue d’enfants (article 222-32 du code pénal), diffusion de message à caractère violent ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine et susceptibles d’être vus par des mineurs (article 227-24 du code pénal), violences en réunion et avec armes (article 222-13 du code pénal) y compris contre des enfants, entrave concertée à la liberté de manifestation par menaces, violences et voies de fait (article 431-1 du code pénal) ainsi que pour injures envers CIVITAS et les manifestants en raison de leur appartenance à la religion catholique ainsi que les messages écrits sur leur poitrine et les aérosols utilisés le démontrent aisément (article 33 alinéa 3 de la loi du 29 juillet 1881).

    Que les positions de CIVITAS soient discutées, c’est la liberté d’expression qui le veut. Mais que pour éluder le débat de fond sur un sujet aussi grave que le mariage et l’adoption homosexuels et que pour éclipser la formidable mobilisation des Français de samedi et dimanche, il soit procédé aux habituels procédés dialectiques de désinformation, de diabolisation et d’amalgame, cela n’est pas acceptable. CIVITAS indique donc qu’elle entendra poursuivre devant les tribunaux tout propos diffamatoire, injurieux ou provocant à la discrimination, à la haine ou à la violence à son endroit ou à l’encontre de ses membres.

    Alain Escada, Président de CIVITAS

  • Dimanche 25 novembre, 21e Fête du Livre de Renaissance Catholique

    A Grand'Maisons (Villepreux, Yvelines), dimanche 25 novembre prochain de 11 à 18 heures

    PDF - 1.3 Mo
    Tract de la Fête du Livre 2012

    La 21e Fête du Livre organisée par Renaissance Catholique se tiendra à Grand'Maisons (Villepreux, Yvelines), situé à 20 km à l'ouest de Paris (à 10 minutes de Versailles) dimanche 25 novembre prochain de 11 à 18 heures. Venez en famille y passer la journée.

    • 11 h : messe chantée.
    • 12 h : ouverture des librairies, de la restauration rapide et de la buvette. Produits du terroir par des producteurs amis : champagne, foie gras et produits du Sud-Ouest, huile d'olive, vins de Bourgogne…
    • 14 h : plus de 110 auteurs attendus pour dédicacer leurs ouvrages. 
    • À partir de 14 h, conférences de :

      13 h 45 : Jean-Pierre Maugendre, L'Église et la démocratie

      15 h 30 : Philippe de Villiers, Le roman de Charette

             17 h 15 : Charles Guilhamon, Sur les traces des chrétiens oubliés : carnet de route de deux amis pélerins.

    Garderie d'enfants. Librairie de livres d'occasion.

    Nous espérons vous accueillir nombreux car, contre le règne du politiquement correct, votre présence en compagnie de votre famille et/ou de vos amis, n'est ni utile, ni nécessaire : elle est indispensable ! Pour Noël, offrez des livres dédicacés.

    Sont déjà annoncés (au 25 octobre) : Joëlle d'Abbadie, Yves-Marie Adeline, Jean-Marie Albert, Bernard Antony, Antoine Assaf, Vincent Badré, Abbé Claude Barthe, Florence de Baudus, Francine Bay, Gérard Bedel, Francis Bergeron, Pascal Bernardin, Grégoire Boucher, Thierry Bouclier, Bernadette Bourbon, Alain Bournazel, Anne Brassié, François Brunatto, Judith Cabaud, Arnaud de Cacqueray, Christophe Carichon, Bruno de Cessole, Louis Chagnon, Inès de Chanterac, Jean-Luc Cherrier, François Chevalier, Georges Clément , Philippe Conrad, Tanguy de Courtrai, Custos, Michel De Jaeghere, Patrick Delon, Pierre Descaves, Alain Didier, Georges Dillinger, Xavier Dor, Renaud Dozoul, Véronique Duchâteau, Christophe Dutrône, Alain Escada, Claude Faisandier, Louis Fontaine, Rémi Fontaine, Yves Formet, Pascal Gauchon, Henri-Christian Giraud, Laurent Glauzy, Thierry Gobet, Charles Guilhamon, Richard Haddad, Jean-Louis Harouel, Marie-France Helaers, Lydwine Helly, Philippe d'Hugu es, Ignace, Jean-Marie Keroas, Aude de Kerros, Arnaud de Lassus, Isabelle Laurent, Bruno Le Roux, Henry de Lesquen, Xavier Martin, David Mascré, Roberto de Mattei, Thierry Maucour, Jean-Pierre Maugendre, Paul-André Maur, Philippe Maxence, Claude Meunier-Berthelot, David Miège, Alain Mius, Jean Monneret, François Montgiscard, Minh Dung Louis Nghiem, Dominique Paladilhe, Dominique Paoli, Alain Paucard, Martin Peltier, Philippe Pichot-Bravard, Hervé Pinoteau, Pierre de Place, Louis Pozzo di Borgo, Philippe Prévost, Arnaud Raffard de Brienne, Philippe Raggi, Louis-Hubert Remy, Christophe Réveillard, Jean Rolland, Michel Rouche, Claude Rousseau, Catherine Rouvier, Gaétan de Salvatore, Alain Sanders, Thierry Sarmant, Reynald Secher, Jean Sévillia, Xavier Soleil, Franck Tabaali, Nicolas Tandler, Abbé Guillaume de Tanoüarn, Yves Tissier, Jean-Pierre Turbergue, Mauricette Vial-Andru, Jean de Viguerie, Philippe Vilgier, Philippe de Villiers, Jean-Louis Voisin, Henri de Wailly, Laurent Wetzel, Guillaume Zeller, Charles Zorgbibe, …

    Participation aux frais - Tarif réduit : adhérents de RC - étudiants - chômeurs

    Accès par la route : plan sur www.grandmaisons.com. Parking de 500 places, gardé et gratuit.

    Par le train + service gratuit de cars : Emprunter le RER C jusqu'à la gare Versailles-Rive Gauche (éventuellement gare Versailles-Chantiers à partir de Montparnasse + 1 km à pied) puis se rendre avenue de Sceaux pour prendre le car.- Un service de car gratuit est mis en place à proximité de la gare Versailles-Rive Gauche vers Grand'Maisons et retour : départ du car à 100 mètres à gauche en sortant de la gare Versailles-Rive Gauche, à l'angle de l'avenue De Gaulle et de l'avenue de Sceaux :- Départs de Versailles à 10 h 30, 13 h 30 et 14 h 45 (horaires à confirmer)- Départs de Grand'Maisons (pour le retour à Versailles) : 17 h 00 et 18 h 15 (horaires à confirmer).

     


    Editeur : Renaissance Catholique
    http://www.renaissancecatholique.org